Étude MOVIE : étude de phase 1-2, de type « basket », évaluant une combinaison de chimiothérapie métronomique par vinorelbine orale et une immunothérapie anti-PD-L1/anti-CTLA-4, chez des patients ayan...

Update Il y a 3 mois
Reference: RECF3886

Étude MOVIE : étude de phase 1-2, de type « basket », évaluant une combinaison de chimiothérapie métronomique par vinorelbine orale et une immunothérapie anti-PD-L1/anti-CTLA-4, chez des patients ayant une tumeur solide avancée.

Woman and Man | 18 years and more

Extract

L’objectif de cette étude est d’évaluer la toxicité et l’efficacité d’un traitement associant une chimiotéhrapie par vinorelbine et une immunothérapie par durvalumab et tremelilumab, chez des patients ayant une tumeur solide avancée. L’étude se déroule en 2 étapes. Lors de la 1ère étape, les patients recevront une chimiothérapie par de la vinorelbine 3 fois par semaine, associé à une immunothérapie par du durvalumab et tremelilumab toutes les 4 semaines. le traitement sera répété toutes les 4 semaines en absence de progression ou d’intolérance. Dans cette étape, la dose de vinorelbine sera progressivement augmentée par groupe de patients afin de déterminer la dose la mieux adaptée à administrer lors de la 2ème étape. Lors de la 2ème étape, les patients recevront le même traitement, mais la vinorelbine sera administrée à la dose la mieux adaptée (dose recommandée) déterminée lors de la 1ère étape.


Scientific Abstract

Il s’agit d’une étude de phase 1-2, non randomisée et multicentrique. Phase 1 : les patients reçoivent une chimiothérapie par de la vinorelbine PO métronomique, 3 fois par semaine, associé à une immunothérapie par durvalumab à J1 et tremelilumab à J1 des 4 premières cures. Le traitement est répété toutes les 4 semaines en absence de progression ou de toxicités inacceptable. La vinorelbine est administrée selon un schéma d’escalade de dose. Phase 2 : les patients reçoivent une chimiothérapie par de la vinorelbine métronomique, 3 fois par semaine, associé à une immunothérapie par durvalumab à J1 et tremelilumab à J1 des 4 premières cures. Le traitement est répété toutes les 4 semaines en absence de progression ou de toxicités inacceptable. La vinorelbine est administré à la dose recommandée.;


Primary objective

Estimer l’activité anti-tumorale d’une association de CM par vinorelbine orale avec une combinaison d’agents immunologiques : durvalumab - tremelimumab en termes de taux de réponse objective selon les critères RECIST 1.1 dans les cohortes suivantes de tumeurs solides avancées de l’adulte : les cancers épidermoïdes de la sphère ORL, les cancers du col utérin, les cancers de vessie, les cancers de prostate, les cancers du sein, des tumeurs primitives diverses mais avec forte charge mutationnelle identifiée par une analyse moléculaire pan-génomique;


Secondary objective

Évaluer la tolérance et sécurité selon la classification des toxicités NCI-CTC AE V4 Évaluer le taux de réponse objective selon les critères « immune-related » RECIST (irRECIST), une adaptation RECIST des critères de réponse associés aux agents immunologiques. Évaluer le taux de bénéfice Clinique selon RECIST1.1 et irRECIST. Évaluer le taux de contrôle de la maladie selon RECIST1.1 et irRECIST. Évaluer la durée de réponse selon RECIST1.1 et irRECIST. Évaluer la survie sans progression selon RECIST1.1 et irRECIS. Évaluer la survie globale. Collecter des échantillons biologiques (sang, tissu fixé et congelé) à l’inclusion, en cours de traitement et à la progression pour le développement d’études ancillaires (immunomonitoring, genomique tumorale, ctDNA, pharmacogenentique, expression PD-1/PD-L1) et pour analyse pharmacocinétique/pharmacodynamique et modélisation.


Inclusion criteria

  • Age >= 18 ans.
  • Tumeurs solides histologiquement confirmées localement avancées ou métastatiques résistantes aux thérapies conventionnelles des primaires suivants : carcinome épidermoïde à la tête et au cou, cancer de la vessie, cancer du sein, cancer de la prostate, cancer du col du l’utérus et autres types de cancer primitifs (excepté le mélanome, le cancer du poumon non à petites cellules et le cancer à cellules rénales) avec une charge mutationnelle élevée, tels que définis par le séquençage de nouvelle génération (séquençage complet du gène du cancer ou séquençage du génome entier / de l'exome).
  • Maladie évolutive après au moins une ligne de chimiothérapie antérieure (avec une espérance de vie soit ≥ 3 mois).
  • Maladie mesurable selon les critères RECIST v1.1.
  • Indice de performance ≤ 2 (ECOG).
  • Fonction hématologique normale : polynucléaires neutrophiles ≥ 1,5 x 109/L, plaquettes ≥ 1 x 109/L, hémoglobine > 10 g/dL.
  • Fonction hépatique normale : bilirubine totale ≤ 1,5 x LNS, transaminases ≤ 2,5 x LNS (≤ 5 x LNS en cas de métastases hépatiques).
  • Fonction rénale : clairance de la créatinine (MDRD) ≥ 50 mL/min ou créatinine ≤ 1,5 x LNS.
  • Tumeur accessible pour une biopsie.
  • Affiliation à un régime d’assurance maladie.
  • Consentement éclairé signé.

Non-Inclusion Criteria

  • Autres tumeurs malignes concomitantes, excepté un carcinome in situ du col de l’utérus traité de manière adéquate par biopsie conique ou un carcinome basocellulaire ou squameux de la peau. Les patients ayant déjà eu un traitement curatif pour un cancer antérieur sont éligibles à condition qu'il n'y ait aucune preuve de maladie depuis ≥ 5 ans et que le patient présente un risque faible de récidive.
  • Métastases cérébrales actives ou maladie leptoméningée. Antécédent de métastases cérébrales admis, à condition que les lésions soient stables pendant au moins 1 mois, comme en témoigne le scanner cérébral ou l'IRM du cerveau.
  • Trouble gastro-intestinal pouvant interférer avec l’absorption du traitement à l’étude.
  • Diagnostic d'immunodéficience ou thérapie systémique par des stéroïdes ou toute autre forme de traitement immunosuppresseur dans les 7 jours précédant la première dose du traitement d'essai.
  • Antécédent de tuberculose active (bacillus tuberculosis).
  • Prétraitement avec des thérapies anti-PD1/PD-L1 et/ou anti-CTLA-4.
  • Maladie auto-immune active ayant nécessité un traitement systémique au cours des 2 dernières années (agents modificateurs de la maladie, corticostéroïdes ou médicaments immunosuppresseurs). Un traitement substitutif (thyroxine, insuline ou traitement physiologique de substitution aux corticostéroïdes en cas d'insuffisance surrénalienne ou hypophysaire, etc.) n'est pas considéré comme une forme de traitement systémique.
  • Antécédents connus ou toute preuve de pneumonie non infectieuse active.
  • Infection active nécessitant un traitement systémique.
  • Sérologie VIH, VHB et VHC positive.
  • Traitement avec un vaccin vivant dans les 30 jours suivant le début prévu du traitement à l'étude.
  • Difficultés à avaler des gélules.
  • Traitement anticancéreux antérieur, y compris radiothérapie, traitement endocrinien, immunothérapie, chimiothérapie au cours des 3 dernières semaines (2 semaines pour le programme hebdomadaire, 6 semaines pour les nitrosourées et la mitomycine C), ou d'autres agents expérimentaux.
  • La radiothérapie palliative concomitante est autorisée.
  • Condition psychologique, familiale, sociologique ou géographique pouvant entraver potentiellement l'observance du protocole d'étude et du calendrier de suivi. Ces conditions doivent être discutées avec le patient avant son inscription à l'essai.