Etude AFU-GETUG 25 _ MEGACEP : étude de phase 2 visant à évaluer la prise en charge multimodale des métastases ganglionnaires inguinales chez des patients ayant un carcinome épidermoïde du pénis trait...

Update Il y a 2 ans
Reference: RECF3164

Etude AFU-GETUG 25 _ MEGACEP : étude de phase 2 visant à évaluer la prise en charge multimodale des métastases ganglionnaires inguinales chez des patients ayant un carcinome épidermoïde du pénis traité par lymphadénectomie bilatérale et chimiothérapie TIP (paclitaxel, ifosfamide et cisplatine).

| 18 years and more

Extract

Le cancer du pénis prend naissance à l’intérieur ou à la surface du pénis. Des cellules à l’origine saines se transforment pour devenir cancéreuses. Elles peuvent rester à un niveau local ou envahir le tissu voisin. Elle peut aussi se propager à d’autres parties du corps formant des « métastases ». Le cancer peut notamment se propager au niveau des ganglions lymphatiques dont la principale fonction est d’activer les réactions de défenses de l’organisme. L’intervention chirurgicale est le traitement principal du cancer du pénis, elle peut être de plusieurs types en fonction du stade et de l’étendue de la maladie, on retrouve notamment le curage ganglionnaire qui consiste à retirer les ganglions qui contiennent des cellules cancéreuses. L’objectif de cette étude est d’évaluer le taux de patients qui n’auront pas de récidive ganglionnaire au niveau local et régional (inguinal et iliaque) chez des patients ayant une tumeur du pénis avec une atteinte par des métastases qui ont migré au niveau des ganglions. Les patients seront répartis en 2 groupes en fonction de la présence ou non de nodules (formation anormale, palpable dans ou sous la peau, qui peut être une tumeur bénigne ou maligne) : Chez les patients n’ayant pas de nodules à l’examen clinique, un curage ou une exérèse du 1er ganglion le plus proche de la tumeur sera effectué. - En cas de curage positif, une chimiothérapie dite « adjuvante » sera administrée aux patients selon le protocole TIP pour augmenter et stimuler les effets positifs de l’intervention chirurgicale. Ils recevront du paclitaxel en perfusion intraveineuse (IV) le 1er jour, de l’ifosfamide en perfusion IV du 1er au 3ème jour et du cisplatine en perfusion IV du 1er au 3ème jour. Ce traitement sera répété pendant 4 cures de 3 semaines au cours d’une hospitalisation de 3 jours. - En cas de curage négatif, le patient ne sera pas inclus dans l’étude et le traitement sera laissé au choix de l’investigateur. - En cas d’exérèse positive, soit un curage au niveau de l’aine, des 2 côtés du corps, sera pratiqué et les patients recevront une chimiothérapie adjuvante TIP soit les patients recevront une chimiothérapie TIP avant l’intervention chirurgicale et un curage sera réalisé par la suite. - En cas d’exérèse non contributive, un curage du ganglion pourra être réalisé et en fonction des résultats, le patient sera inclus dans l’étude ou non. - En cas d’exérèse négative, le patient ne sera pas inclus dans l’étude et le traitement sera laissé au choix de l’investigateur. Chez les patients ayant des nodules à l’examen clinique, une simple ou double cytoponction sera réalisée (intervention indolore permettant d’étudier les cellules et d’évaluer la probabilité de bénignité ou de malignité d’un nodule dans le but de réduire le nombre d’exérèse de nodules bénins). - En cas de positivité, les patients recevront une chimiothérapie TIP avant l’intervention chirurgicale puis un curage sera réalisé. - En cas de négativité, un curage de confirmation sera effectué : s’il est positif, les patients recevront une chimiothérapie adjuvante TIP, s’il est négatif, le patient ne sera pas inclus dans l’étude et le traitement sera laissé au choix de l’investigateur. La chirurgie sera pratiquée dans les 60 jours au maximum de la chimiothérapie (1 semaine d’hospitalisation). Les patients répondront à des questionnaires de qualité de vie à l’inclusion, lors de la 3ème cure et tous les 3 mois lors des 2 premières années de suivi. Les patients seront suivis tous les 3 mois pendant 2 ans puis tous les 6 mois jusqu’à 3 ans. Une échographie au niveau de l’aine ou une tomodensitométrie sera réalisée à chacune de ces visites. Un électrocardiogramme sera effectué au bilan d’inclusion, à chaque visite pendant le traitement de chimiothérapie, au bilan suite à l’intervention chirurgicale et à chaque visite de suivi. Un scanner sera réalisé au bilan d’inclusion et à la visite de fin de traitement.


Scientific Abstract

Il s’agit d’une étude de phase 2, non randomisée et multicentrique. Les patients sont répartis en 2 groupes en fonction de la présence ou non de nodules. Chez les patients n’ayant pas de nodules à l’examen clinique, un curage ou une exérèse du ganglion sentinelle est effectué. - En cas de curage positif, une chimiothérapie adjuvante est administrée aux patients selon le protocole TIP. Ils reçoivent du paclitaxel en perfusion IV à J1, de l’ifosfamide en perfusion IV de J1 à J3 et du cisplatine en perfusion IV de J1 à J3. Ce traitement est répété pendant 4 cures de 3 semaines au cours d’une hospitalisation de 3 jours. - En cas de curage négatif ou d’extension iliaque, le patient n’est pas inclus dans l’étude et le traitement est laissé à la discrétion de l’investigateur. - En cas d’exérèse positive, soit un curage inguinal bilatéral modifié est pratiqué et les patients reçoivent une chimiothérapie adjuvante TIP soit les patients reçoivent une chimiothérapie néo-adjuvante TIP et un curage est réalisé par la suite. - En cas d’exérèse non contributive, un curage ganglionnaire peut être réalisé et en fonction des résultats, le patient est inclus dans l’étude ou non. - En cas d’exérèse négative, le patient n’est pas inclus dans l’étude et le traitement est laissé à la discrétion de l’investigateur. Chez les patients ayant des nodules à l’examen clinique, une simple ou double cytoponction est réalisée. - En cas de positivité, les patients reçoivent une chimiothérapie néo-adjuvante TIP puis un curage est réalisé. - En cas de négativité, un curage de confirmation est effectué : s’il est positif, les patients reçoivent une chimiothérapie adjuvante TIP, s’il est négatif ou montre une extension iliaque, le patient n’est pas inclus dans l’étude et le traitement est laissé à la discrétion de l’investigateur. La chirurgie, dont la durée d’hospitalisation est d’une semaine, est pratiquée dans les 60 jours au maximum de la chimiothérapie adjuvante ou néo-adjuvante. Les patients répondent à des questionnaires de qualité de vie à l’inclusion, lors de la 3ème cure et tous les 3 mois lors des 2 premières années de suivi. Les patients sont suivis tous les 3 mois pendant 2 ans puis tous les 6 mois jusqu’aux 3 ans. Une échographie inguinale ou une TDM est réalisée à chacune de ces visites. Un ECG est effectué au bilan d’inclusion, à chaque visite pendant le traitement de chimiothérapie, au bilan post-chirurgie et à chaque visite de suivi. Un PET-scan au 18FDG est réalisé au bilan d’inclusion et à la visite de fin de traitement.;


Primary objective

Evaluer le taux de survie sans récidive ganglionnaire locorégionale (inguinale et iliaque).;


Secondary objective

Evaluer le taux de réponses complètes à la chimiothérapie (stérilisation tumorale) à 24 mois pour les patients traités par chimiothérapie néo-adjuvante. Evaluer le taux de survie sans récidives ganglionnaire locorégionale à 3 ans, le taux de survie sans récidives métastatiques à 3 ans, le taux de survie globale spécifique à 3 ans, le taux de survie globale à 3 ans Evaluer la toxicité de la chimiothérapie. Evaluer la qualité de vie. Evaluer l’intérêt de la surveillance par dosage sanguin du SCC (squamous cell carcinoma) et du cyfra-21. Rechercher des marqueurs tissulaires pronostiques de la réponse au traitement et de la survie globale. Evaluer l’intérêt et de la fiabilité du PET-scan pour le bilan d’extension ganglionnaire évalués par la sensibilité et la spécificité du PET-scan.


Inclusion criteria

  • Age ≥ 18 ans.
  • Tumeur du pénis histologiquement prouvée, avec atteinte ganglionnaire métastatique, quel que soit le traitement initial de la tumeur pénienne : chirurgie conservatrice ou amputation ou curiethérapie.
  • Une ou des adénopathies palpées et mobiles (stade cN1 et cN2) et quel que soit le stade T ou si pas d'adénopathie inguinale palpée (cN0), tumeur à risque d'envahissement ganglionnaire ≥ pT1b et/ou grade 2.
  • Patient M0 ou Mx.
  • Indice de performance ≤ 1 (OMS).
  • Fonction hématologique : leucocytes ≥ 1,5 x 109/L, hémoglobine ≥ 9 g/dL, plaquettes ≥ 100 x 109/L.
  • Fonction métabolique : calcémie et natrémie = N.
  • Fonction hépatique : transaminases ≤ 1,5 x LNS, bilirubine ≤ 1,5 x LNS ou ≤ 3 x LNS en cas de maladie de Gilbert, phosphate alcaline
  • Fonction rénale : clairance de la créatinine ≥ 60 mL/min (méthode MDRD).
  • Fonction cardiaque : fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) > 50%.
  • Deux méthodes de contraception efficaces pour les patients en âge de procréer (une pour le patient et une pour le partenaire) pendant toute la durée de l’étude et jusqu’à 6 mois après la dernière administration du traitement.
  • Patient affilié à un régime de sécurité sociale.
  • Consentement éclairé signé.

Non-Inclusion Criteria

  • Une ou des adénopathies inguinales fixées, une ou des adénopathies iliaques, y compris par imagerie (patients cN3), patients pN3.
  • Antécédents de cancer dans les 5 ans précédant l’inclusion dans l’étude autre qu’un baso-cellulaire cutané.
  • Toute évidence d’une maladie systémique sévère ou non contrôlée ou toute autre maladie chronique ou aiguë qui serait incompatible avec la participation du patient à cette étude.
  • Hypoacousie > grade 1 (CTC-AE V4.03).
  • Pathologie cardio-respiratoire contre-indiquant l’hyperhydratation.
  • Contre-indication à la chimiothérapie ou hypersensibilité connue au cisplatine, à l’ifosfamide ou au paclitaxel.
  • Chimiothérapie antérieure pour le carcinome épidermoïde du pénis.
  • Traitement par phénytoïne.
  • Vaccin vivant atténué dans le mois précédant l’inclusion.
  • Patients déjà inclus dans une autre étude thérapeutique ou ayant reçu un traitement expérimental dans le mois précédant l’inclusion dans l’étude.
  • Patient dans l’incapacité de comprendre le protocole ou de se conformer aux contraintes du protocole.
  • Patients présentant une altération mentale qui empêcherait la compréhension du protocole ou présentant un état psychologique, des conditions familiales, sociologiques ou géographiques qui ne permettraient pas la compliance au protocole et le suivi prévu ou toute condition qui empêcherait la participation du patient à l’étude.
  • Sérologie VIH positive.
  • Patient privé de liberté ou sous mesure de protection judiciaire.
  • Femme enceinte ou en cours d’allaitement.